Publié le

Plantation citoyenne: le 6 mars 2021, on remet ça!

Ce 3 février 2021, une nouvelle réunion avec nos amis des Jardins du Cygne, en la personne de Pierre Gillot.
L’objet de cette réunion étant de déterminer quelles essences intégrer à  notre paysage agroforestier: il s’agit ici d’entourer nos espaces cultivés d’arbres divers, pour améliorer le sol en espérant créer un réseau mycorhizien de qualité. Continuer la lecture de Plantation citoyenne: le 6 mars 2021, on remet ça!

Publié le

Janvier, c’est la reprise!

À l’exception de quelques incursions de contrôle et beaucoup de travail en intérieur, tous les adhérents ont pu vaquer à d’autres occupations durant les 30 derniers jours. La reprise s’est faite ce 22 janvier, profitant d’une belle accalmie météo, après les pluies, la neige et les tempêtes. La vérité, c’est qu’on a du dégripper tous nos muscles endormis 😉 . L’objectif du jour est le nettoyage du jardin mandala: désherbage, apport de broyat dans les allées, remise à niveau de la couronne de terre, quelques plantations, et l’occasion de tester notre nouvel outil acquis auprès de la Fabriculture: « l’arrache rumex ». Un très vieil outil que les constructeurs de la Fabriculture ont remis au goût du jour: 2 pointes très longues au bout d’un long manche et doté d’une excroissance métallique pour faire levier. L’objectif est d’extraire les herbes à racine pivot SANS casser celle-ci. Succès totale, avec une facilité déconcertante en comparaison des campagnes de désherbage à la bêche ou la fourche-bêche. Pour vous procurer cet outil, rendez-vous sur le site de la Fabriculture.

Publié le

Une belle rencontre…

Le marcheur de la périmarche Fabrice Le Carrer

Celle de Fabrice Le Carrer, un ancien pompier parti fin 2019 effectuer le tour de la France à pied.
Il a démarré de Sedan et est arrivé à Gravelines 28 jours après.
Son périple n’a pas d’objet sportif, mais celui de rendre compte de l’importance de la permaculture dans les relations entre les hommes et comme enjeu environnemental pour le futur.
Il s’arrête, interroge les personnes qu’il rencontre et fait une courte vidéo disponible sur sa page Facebook.

Une aventure à suivre, qui devrait, selon lui, l’emmener à l’été pour les Pyrénées et à l’automne pour franchir les Alpes.
Toute sa marche se passe sur le Grand Sentier de France.

Une bien belle rencontre à qui je dis bon vent!

Olivier

Sa page Facebook, Perimarche

Et un grand merci à Jean qui l’a envoyé vers nous 😉

Publié le

Analyse du sol de notre futur espace nourricier des Hems Saint-Pol

Photo d'anlyse des sols en permaculture à Gravelines
Rencontre impromptue avec Sébastien, technicien chimiste du LAMS (Laboratoire d’Analyses Microbiologiques des Sols) dirigé par Claude et Lydia Bourguignon, les deux grands spécialistes de la discipline en France et par le monde. D’ailleurs, ils seront le mardi 10 décembre à Hazebrouck pour une conférence sur leur occupation favorite. 🙂
Cette rencontre a eu lieu sur notre terrain des Hems Saint Pol, celui-là même sur lequel nous allons développer notre forêt nourricière dès le début de l’année. À suivre, bien entendu. Et les résultats de l’analyse parviendront bientôt à la Communauté Urbaine et nous seront communiqués: analyses de la faune, analyses chimiques, physiques et biochimiques en vue d’une production de fruits et légumes en permaculture.
La partie du champ plus au Sud sera quant à elle occupée par l’association des jardins familiaux de Gravelines.
Publié le

Essaimer auprès des Copains du Monde…

Essaimances pédagogie permaculture et Copains du Monde

…la plus belle façon de partager.
Ce lundi 5 août, Christian Hogard m’appelle pour convenir d’un rendez-vous avec Salek et les enfants Sarhaouis présents à cette 30ème édition du village Copains du Monde de Gravelines. Histoire d’échanger et d’essaimer, auprès de personnes très motivées pour créer un jardin permacole dans le désert. Pour rappel, les Sarhaouis sont les habitants d’un pays non reconnu par la communauté internationale, le Sahara Occidental. Quasiment apatrides, ils vivent dans des camps de réfugiés dans la région de Tindouf. Je ne m’aventurerai pas à parler plus longtemps de cette histoire, mais plutôt de celle que nous avons vécue aujourd’hui.
Un public extrêmement curieux, sage et débordant de questions, ce qui, venant d’enfants de 8 à 12 ans, nous change… 🙂

On vous laisse admirer les formidables images de cette rencontres, toutes signées Karine Descamps.

Merci à Christian, Salek, Karine et Guillaume.

Choukran à tous les enfants, 🙂

Publié le

Le maraîchage sous mulch par Pierre Besse

Image Pierre Besse ©OSAÉ Agroécologie - Essaimances agroécolgie Gravelines

Dans notre série « vu ailleurs », une petite pépite dénichée sur Youtube et produite par OSAÉ, Osez l’Agroécologie. Quelques techniques de maraîchage sur sol vivant (MSV), l’art de recycler en mode très court et quelques données économiques sur la production maraîchère. Peut-on se dégager un salaire en maraîchage bio et si oui combien? On aura quelques éléments de réponse, surtout si l’on projette son regard derrière l’écran des chiffres: absence d’endettement et choix de vie.
À voir, alors, bonne lecture! 🙂

Publié le

Avril et mai dans nos jardins et ailleurs #1

Salut à toutes et tous!
Pas de blackout ni de baisse de régime dans nos publications, simplement un surcroît de travail, dans nos emplois et dans les jardins. L’arrivée du printemps, la lente (trop lente) remontée des températures, les plants qui poussent, et ceux qui ne poussent pas ( 🙂 ), bref… que du bonheur!!!
Que s’est-il donc passé depuis notre dernier article de mars? Je sens que je vais vous livrer tout ça dans le désordre…

De l’œuf ou de la poule qui fut là en premier?

Le poulailler bien sûr!!
Un beau dimanche de mars, paf, comme une envie de p… non!, de créer un poulailler, et c’est parti. Les contours grillagés du poulailler sont définis. Viendront plus tard une jolie découpe dans le petit cagibi et voilà l’abri réalisé. Voyons voyons, que nous manque-t’il? Des poules œuf course… (là j’exagère, je sais). Une petite annonce sur le réseau social de Mark et hop, nous voilà partis un matin à Bollezeele pour sauver quelques rouquines qui allaient finir allongées et découpées au supermarché du coin. 16 nouvelles amies, qu’on aime et qui vont prendre, œufs ou pas, une retraite bien méritée.
Photos © Karine Descamps

1308, tu y crois toi?

1308, c’est l’année du début de la construction de l’Église Notre-Dame-du-Marthuret. Mais ça, je sais, vous vous en balancez. Pas comme moi. Quoique… Non, 1308, c’est surtout le nombre de graines de tomates que nous avons plantées, selon une grosse trentaine de variétés*. Mais rassure-toi, lectrice (les hommes s’en fichent en général), il n’y aura pas au final 1308 pieds de tomates. Beaucoup sont partis vivre leur vie dans d’autres jardins, d’autres n’ont pas survécu (graines trop faibles) alors que parmi les derniers, mis en terre, nombre connaîtront une fin atroce et visqueuse à la table des limaces.
Tout ça pour dire que nous avons fait très fort cette année. Les chiffres finaux seront révélés lors de notre assemblée générale de juin (date à venir très rapidement)
*Saint-Pierre, cerise rouge, cerise poire rouge et cerise poire jaune, Calabash pourpre, noire de crimée, indigo rose, cerise indigo, Stripped, ananas, Voyage, en mélange, jaune de Belgique, russe rose, Tigerella…, toutes issues de production de semences biologiques chez les meilleurs semenciers de France (Voir cette page)

17 mai: Journée de l’Agroécologie au Lycée de Coulogne

Une sorte de formation continue pour nous autres. Au cours de cette journée furent abordés nombre de points techniques de la permaculture appliqués à la grande culture: ça s’appelle l’agriculture de conservation des sols (ACS) qui utilise entre autres choses la technique de semis sous couvert végétal. On rejoint la permaculture en comprenant une fois de plus qu’un sol n’est JAMAIS à nu. Un sol à nu souffre, littéralement, et se voit déserté par les milliards de milliards de micro-organismes qui le compose, pour finir par n’être plus qu’inerte.
De brillantes interventions, notamment celle de Sarah Singla, agricultrice et ingénieure agronome dans l’Aveyron. Une brillante et passionnante conférence sur l’agriculture de conservation et de régénération des sols. On vous invite à la découvrir dans cet article
L’occasion aussi pour nous de dire à quel point le lycée de Coulogne est performant en matière de permaculture.
[Voir ici la page Facebook du lycée de Coulogne]

Les ateliers pédago d’Essaimances

Que ce soit avec vos enfants ou ceux confiés le mercredi à la ferme d’animation, notre rôle pédagogique reste inébranlable.
Les jeunes devraient réellement se réapproprier le contrôle de leur alimentation, et celui-ci passe inévitablement par la provenance de celle-ci. Et c’est là qu’est notre rôle, de les guider non seulement vers la connaissance des produits, mais de leur culture et de l’importance de tout ce qu’il y a autour de ceux-ci: les éléments, la biodiversité, le climat. En images maintenant, des bouilles et des mains crasseuses de bonne terre vivante. 😉
Photos © Karine Descamps

Publié le

La permaculture expliquée aux enfants

Permaculture sur palette pour les enfants

Loin des salles de classes, chaque mercredi, nous initions les enfants de la Ferme d’Animation de Gravelines aux joies de la permaculture et de toute autre forme d’agroécologie. Nous faisons en sorte que chaque enfant s’essaie à chaque activité: ramasser des herbes ou de la paille à la fourche, pelleter des brouettes de compost, observer les vers de terre, planter… le tout en s’amusant, parce qu’on est pas là pour être triste 🙂

Des photos de permaculture…

L’occasion de vous montrer quelques images des mini-jardins sur palettes qu’ils ont élaborés.

Bon, cette année, comme ils et elles ont eu la main lourde, on va surtout manger de l’ail et des oignons…

On vous laisse découvrir les très belles images de Karine Descamps, côté cour et côté jardin, puisque l’occasion nous est donnée à chaque fois de partager un moment avec les enfants dans leur univers, celui du goûter à la ferme d’animations. Avec une mention particulière pour Jordan 😉 et ses madeleines, vous les verrez dans le reportage, elles sont magnifiques.

Bien à vous,

Agroécologie Hauts de France – Permaculture Gravelines – Permaculture Nord de France

Publié le

Bilan #1 des activités de l’association

Cela fait environ 1 mois que nous avons démarré nos travaux, plus centrés pour le moment sur la ferme d’animation. Nous allons dès la semaine prochaine travailler sur le terrain de Paul Machy, pour une création complète du jardin permacole. Alors, qu’avons nous réussi à faire? La réponse en quelques points

PAUL MACHY
– réception des ballots de paille
– après-midi de semis avec des adultes et des enfants*
– nettoyage complet du hangar jouxtant le terrain
– premiers plans, premières discussions

FERME D’ANIMATIONS
– nettoyage complet du terrain (1500 m2 environ)
– réception des ballots de paille et création de 2 zones de cultures en lasagnes de 12m de long environ
– création de 2 planches de cultures au sol (passage d’une grelinette, couverture azotée
– création d’une butte de permaculture avec décaissement du sol sur 30 cm environ, apport de bois secs divers, de matière azotée (déchets verts de buis, de plantes aquatiques), de carton
– taille de nombreux arbres et arbustes
– élagage de 4 arbres avec conservation des branches et bûches
– nettoyage d’une zone de plaques de béton et transformation en zone de culture
– plantation d’un pommier
… et j’oublie sûrement quelques détails 🙂

Nous pouvons également ajouter notre prochaine participation à Gravelines Nature, le 29 mai, ainsi qu’à la fête du cheval au Centre équestre, où nous tiendrons notre échoppe de produits issus de la permaculture, le 3ème week end de septembre.

Bref, un résumé en photos maintenant, mais pas sans dire un immense merci à nos soutiens et à nos bénévoles pour leur courage, leur efficacité, leur bonne humeur… 🙂 🙂 🙂

* À propos des semis, nous avons opté pour une production très variée et très importante. Plusieurs centaines de plants de toutes sortes…surprise à venir.

Publié le

Où acheter des graines potagères bio?

Essaimances permaculture - graines de courge butternut

Quand on parle de graines bio, on est en droit de se demander en quoi une graine est-elle « biologique »?

Petite explication.
Une graine ayant l’appellation « bio » réunit deux facteurs: elle a été produite par un végétal ayant poussé de manière naturelle chez un semencier ayant la certification bio, c’est la condition pour s’appeler ainsi. Ensuite, étant une graine ayant été sélectionnée pour ses qualités (taille, productivité…), elle répond à ce que l’on attend d’elle. Ensuite, n’ayant jamais été souillée par de quelconques engrais, herbicides ou autres intrants chimiques, elle a développé le meilleur de ses qualités, et sera en outre beaucoup plus résistante aux agressions climatiques, fongiques ou virales. Et encore de plus ;), elle sera re.pro.duc.tible!!! En laissant quelques spécimens du végétal concerné monter en graines (pour les légumes feuilles et les légumes racines) ou en récupérant quelques beaux exemplaires de légumes-fruits, vous pourrez alors récolter les graines pour la saison prochaine et surtout pour les partager avec d’autres jardiniers ou maraîchers.

Et puis pourquoi trouve-t-on des semences dites F1 biologiques?

Une semence de type F1 est une graine d’un végétal hybride dont la première greffe (F1) comporte les principales caractéristiques attendues alors que la seconde greffe (F2) vient compléter et améliorer le profil de la première. Exemple inventé ici: vous voulez des tomates jaunes en grappes et qui poussent rapidement. On s’arrange alors à greffer sur un plant de tomates jaunes en grappes un plant de tomate à pousse rapide. C’est l’idée.

Les graines de type F1

Elles ont un inconvénient majeur: elles sont mal et très peu reproductibles. Les résultats d’une récolte de graines et leur ensemencement la saison suivante donnera des résultats médiocres et aléatoires, certaines pousses ayant les caractéristiques de la greffe F1, d’autres de la F2. Bref, aucun intérêt, sauf pour le semencier qui vous vendra chaque année ses graines.
Maintenant, rien n’empêche de vendre des graines F1 si elles ont été cultivées selon le cahier des charges de l’agriculture biologique, c’est pourquoi il faut prendre cette appellation avec précaution, parce que même bio, une F1 reste la graine d’une saison. On n’améliorera jamais ses qualités génétiques, alors qu’une semence bio reproductible s’adaptera au fil du temps à votre environnement (région, terre, climat, etc.) et sera de plus en plus adaptée à votre terrain.

Notre choix

Dans l’association (Essaimances 🙂 ), nous ne travaillons qu’avec des graines biologiques reproductibles, c’est pourquoi nous vous livrons ici quelques adresses parmi les plus renommées d’artisans semenciers, une magnifique profession qui tend à se re-développer face à l’intérêt croissant pour l’agroécologie ou la permaculture.

Vous trouverez notre liste ici (vas-y clique!). Si vous avez des infos pour la faire évoluer, n’hésitez-pas, ce sera un plaisir de la mettre à jour. Nous recherchons d’ailleurs des producteurs semenciers locaux, c’est important. Et conservez-là précieusement dans vos signets, nous la ferons également évoluer rapidement.

NOTE IMPORTANTE
Cette liste, élaborée de manière empirique par Guillaume et Olivier ne comporte pas de conseil d’achat. Certains semenciers sont plus chers, d’autres ont un catalogue plus varié, bref, c’est à vous de juger. Dans tous les cas, ils sont tous renommés et parfaitement compétents. Et n’oubliez pas de prendre des fleurs pour les pollinisateurs et pour faire joli. 🙂

En résumé:

Graines biologiques reproductibles : oui oui oui!
Issues de l’Agriculture Conventionnelle reproductible: ben oui quand même, ça s’améliorera
Hybride de type F1, bio ou non : ben…non, à éviter. Maintenant, si on vous en donne, rien ne vous empêche de les planter pour une saison, elle ne sont pas nocives 😉

Publié le

Création de 2 planches de cultures en lasagnes

Photo de planche de culture en lasagne. Permaculture Gravelines

Les samedis 16 et 23 février, quelques adhérents d’Essaimances ont pu tester, de façon productive et pédagogique la création de planches de culture en lasagnes. Kézako? L’idée est de recréer une surface de culture (planche) à la façon des carrés potagers d’antan, en utilisant comme support de contour des ballots de paille fournis par une ferme locale (Famille Hochart, producteurs d’une superbe huile de colza). Nous aurions pu choisir du bois, de la terre-paille ou encore des parpings (? 🙁 , mais la paille offre plusieurs avantages: d’abord, n’oublions pas le caractère pédagogique de l’association, et la présence de jeunes. Se « casser la binette » sur un ballot de paille est nettement moins douloureux que sur un autre matériau. Ensuite, la paille est conviviale. Les ballots permettent de s’asseoir pour travailler ou faire une pause. Pour finir, et c’est l’élément le plus important en permaculture, la paille retient l’eau et la redistribue aux plantes quand il ne pleut pas. Et puis, avec le temps (une telle planche durera entre 2 et 4 ans), la paille va lentement se décomposer et nourrir le sol. Le restant servira alors à re-remplir une nouvelle planche, le tour est joué 😉

Principe de fonctionnement

Ensuite, qui dit lasagnes dit couches successives par empilement dans l’enclos de paille, en alternant les couches carbonées régénérant le sol (bois, paille) et les couches azotées, bénéfiques aux plantes. Pour la couche azotée, la période manquant de coupe de gazon, nous avons bénéficié d’un assez gros volume de taille de plantes aquatiques extraites d’un plan d’eau local. Apparemment, leur décomposition sera relativement rapide et sans chauffe excessive. Nous ne planterons que dans un mois, aussi d’ici-là ajouterons-nous une bonne couche de crottin en provenance du centre équestre d’à côté.

L’intérêt d’un tel type de planche de culture?

Il y en a plusieurs: le premier et le plus important, une fertilité extrême. Les nutriments nécessaires aux plantes sont légions et vont donner lieu à une saison miraculeuse (on parle de vécu là hein!). Ensuite, cette mise en hauteur du sol permet à la fois un meilleur drainage surtout si, comme ici, vous avez une terre glaiseuse à souhait, et des arrosages moins fréquents compte tenu d’eau contenu dans les couches successives et particulièrement dans le bois. Mais nous aurons l’occasion de revenir sur un tel type de planche ultérieurement.

Le texte, c’est fini, place aux images 🙂

[Reportage photographique de Karine Descamps]
Publié le

73 COWS – Un film Lockwood Films, primé au BAFTA

L’aventure incroyable de Jay Wilde, ce fermier britannique qui le premier a échangé son activité d’éleveur de bétail pour une agriculture biologique durable en sauvant ainsi l’intégralité de son troupeau.
Magnifique, émouvant, exaltant, inspirant.
Note: le film est en version original mais très bien sous-titré.

73 Cows from Alex Lockwood on Vimeo.

Publié le

Compte rendu (tout chaud) de notre seconde réunion

Rencontres Essaimances #2 permaculture gravelines

18h20, Maison de Quartier de Huttes à Gravelines.
Nous sommes 43, curieux, passionné(e)s de nouveautés, de permaculture, du vivre autrement. Agriculteurs, élus, étudiants, jardiniers, permaculteurs…, vous êtes là, et c’est génial.
Et nous, à l’association, nous sommes fiers. Fiers de pouvoir enfin vous annoncer d’excellentes nouvelles.
En résumé, nous avons cette semaine concrétisé plusieurs partenariats et sommes en mesure de vous annoncer quelques évènements.

– Partenariat avec l’ALEFPA Centre Paul Machy de Petit-Fort-Philippe: co-exploitation d’un terrain à usage pédagogique et de production
– Partenariat avec la Ferme d’Animation de Gravelines jouxtant le centre équestre. Un beau terrain où nous pourrons développer nos projets pédagogiques avec les enfants du centre.
– Futur partenariat à définir avec la boutique Maëliss à Gravelines pour la diffusion de nos produits en saison

Bon, assez de blabla et maintenant place au pot de l’amitié, auréolé d’une belle et légère tarte au Maroilles de Nicole, que nous ne saurions assez remercier. Le tout saupoudré de photos de Karine Descamps… Voilà voilà 🙂

Publié le

31/01/2019 – Réunion de l’association Essaimances au sein de la Maison de Quartier des Huttes à Gravelines

Nous sommes en 2019 et le planning s’accélère, l’occasion pour nous de multiplier les rendez-vous et fédérer un public de plus en plus important.
Ce rendez-vous sera le point de départ de notre ouverture aux adhésions, nous avions mise de côté jusqu’à maintenant.

///ADHÉSIONS\\\
15,00€ (quinze euros) et 3,00€ (tarif réduit).
Le tarif réduit s’appliquera d’office et sans justificatif (équilibre entre confiance et dignité), sur simple demande, pour les personnes sans emploi, bénéficiaires des minima sociaux, étudiant(e)s.
Tarif famille ≥ 3 personnes : 35,00€ (pour 3 personnes au lieu de 45,00€) puis 10,00€/personne supplémentaire
Tarif réduit famille ≥ 3 personnes : 3,00/personne

L’adhésion est annuelle et volontaire et valable du 1er janvier au 31 décembre.

///DONS\\\
Membres adhérents de l’association ou non, vous pouvez effectuer un don.
En numéraire (euros) ou en nature (matériel, achat pour le compte de l’association), élevé ou non, tous les dons nous sont utiles.
Il est bon de rappeler que notre association vise à un complet auto-financement et a une vocation écologique, sociale et sociétale.

///CHANTIERS PARTICIPATIFS\\\
Cette réunion sera aussi l’occasion de prendre rendez-vous pour nos premiers chantiers participatifs.
À ce titre, vous pourrez nous indiquer vos envies et, si possible, vos disponibilités

///QUESTIONS/RÉPONSES & DÉBAT\\\
Si vous avez des questions à propos de l’association, la permaculture ou toute autre activité en relation, n’hésitez pas à les préparer. Cette rencontre sera une bonne opportunité pour y répondre.