Publié le

Janvier, c’est la reprise!

À l’exception de quelques incursions de contrôle et beaucoup de travail en intérieur, tous les adhérents ont pu vaquer à d’autres occupations durant les 30 derniers jours. La reprise s’est faite ce 22 janvier, profitant d’une belle accalmie météo, après les pluies, la neige et les tempêtes. La vérité, c’est qu’on a du dégripper tous nos muscles endormis 😉 . L’objectif du jour est le nettoyage du jardin mandala: désherbage, apport de broyat dans les allées, remise à niveau de la couronne de terre, quelques plantations, et l’occasion de tester notre nouvel outil acquis auprès de la Fabriculture: « l’arrache rumex ». Un très vieil outil que les constructeurs de la Fabriculture ont remis au goût du jour: 2 pointes très longues au bout d’un long manche et doté d’une excroissance métallique pour faire levier. L’objectif est d’extraire les herbes à racine pivot SANS casser celle-ci. Succès totale, avec une facilité déconcertante en comparaison des campagnes de désherbage à la bêche ou la fourche-bêche. Pour vous procurer cet outil, rendez-vous sur le site de la Fabriculture.

Même pas cap de partager!!
Publié le

Bilan #1 des activités de l’association

Cela fait environ 1 mois que nous avons démarré nos travaux, plus centrés pour le moment sur la ferme d’animation. Nous allons dès la semaine prochaine travailler sur le terrain de Paul Machy, pour une création complète du jardin permacole. Alors, qu’avons nous réussi à faire? La réponse en quelques points

PAUL MACHY
– réception des ballots de paille
– après-midi de semis avec des adultes et des enfants*
– nettoyage complet du hangar jouxtant le terrain
– premiers plans, premières discussions

FERME D’ANIMATIONS
– nettoyage complet du terrain (1500 m2 environ)
– réception des ballots de paille et création de 2 zones de cultures en lasagnes de 12m de long environ
– création de 2 planches de cultures au sol (passage d’une grelinette, couverture azotée
– création d’une butte de permaculture avec décaissement du sol sur 30 cm environ, apport de bois secs divers, de matière azotée (déchets verts de buis, de plantes aquatiques), de carton
– taille de nombreux arbres et arbustes
– élagage de 4 arbres avec conservation des branches et bûches
– nettoyage d’une zone de plaques de béton et transformation en zone de culture
– plantation d’un pommier
… et j’oublie sûrement quelques détails 🙂

Nous pouvons également ajouter notre prochaine participation à Gravelines Nature, le 29 mai, ainsi qu’à la fête du cheval au Centre équestre, où nous tiendrons notre échoppe de produits issus de la permaculture, le 3ème week end de septembre.

Bref, un résumé en photos maintenant, mais pas sans dire un immense merci à nos soutiens et à nos bénévoles pour leur courage, leur efficacité, leur bonne humeur… 🙂 🙂 🙂

* À propos des semis, nous avons opté pour une production très variée et très importante. Plusieurs centaines de plants de toutes sortes…surprise à venir.

Même pas cap de partager!!
Publié le

Création de 2 planches de cultures en lasagnes

Photo de planche de culture en lasagne. Permaculture Gravelines

Les samedis 16 et 23 février, quelques adhérents d’Essaimances ont pu tester, de façon productive et pédagogique la création de planches de culture en lasagnes. Kézako? L’idée est de recréer une surface de culture (planche) à la façon des carrés potagers d’antan, en utilisant comme support de contour des ballots de paille fournis par une ferme locale (Famille Hochart, producteurs d’une superbe huile de colza). Nous aurions pu choisir du bois, de la terre-paille ou encore des parpings (? 🙁 , mais la paille offre plusieurs avantages: d’abord, n’oublions pas le caractère pédagogique de l’association, et la présence de jeunes. Se « casser la binette » sur un ballot de paille est nettement moins douloureux que sur un autre matériau. Ensuite, la paille est conviviale. Les ballots permettent de s’asseoir pour travailler ou faire une pause. Pour finir, et c’est l’élément le plus important en permaculture, la paille retient l’eau et la redistribue aux plantes quand il ne pleut pas. Et puis, avec le temps (une telle planche durera entre 2 et 4 ans), la paille va lentement se décomposer et nourrir le sol. Le restant servira alors à re-remplir une nouvelle planche, le tour est joué 😉

Principe de fonctionnement

Ensuite, qui dit lasagnes dit couches successives par empilement dans l’enclos de paille, en alternant les couches carbonées régénérant le sol (bois, paille) et les couches azotées, bénéfiques aux plantes. Pour la couche azotée, la période manquant de coupe de gazon, nous avons bénéficié d’un assez gros volume de taille de plantes aquatiques extraites d’un plan d’eau local. Apparemment, leur décomposition sera relativement rapide et sans chauffe excessive. Nous ne planterons que dans un mois, aussi d’ici-là ajouterons-nous une bonne couche de crottin en provenance du centre équestre d’à côté.

L’intérêt d’un tel type de planche de culture?

Il y en a plusieurs: le premier et le plus important, une fertilité extrême. Les nutriments nécessaires aux plantes sont légions et vont donner lieu à une saison miraculeuse (on parle de vécu là hein!). Ensuite, cette mise en hauteur du sol permet à la fois un meilleur drainage surtout si, comme ici, vous avez une terre glaiseuse à souhait, et des arrosages moins fréquents compte tenu d’eau contenu dans les couches successives et particulièrement dans le bois. Mais nous aurons l’occasion de revenir sur un tel type de planche ultérieurement.

Le texte, c’est fini, place aux images 🙂

[Reportage photographique de Karine Descamps]
Même pas cap de partager!!